Le Testament de la tante Caroline

Musique

Ce Testament à la musique élégante et au livret grinçant s’amuse des immuables noirceurs testamentaires.

Présentation

Légère, lubrique, carrément débauchée, on évitait Tante Caroline, on se pinçait le nez devant sa porte… jusqu’à ce qu’elle expire. Miracle post mortem, « l’argent n’a plus d’odeur », et une appétissante galette de plus de 40 millions est à se partager entre ses trois vertueuses nièces. Mais c’est sans compter cette clause pernicieuse du testament : neuf mois pour faire un enfant. Or l’aînée est entrée dans les ordres, la seconde est trop âgée et la plus jeune est stérile et mariée. Seul opéra achevé d’Albert Roussel, ce Testament scabreux fut créé en 1932, puis repris quelques années plus tard pour l’Opéra-Comique – où quelques spectateurs écrivirent au ministre afin que soit retiré de l’affiche ce « spectacle déplacé ». Déplacé, vraiment ? Rien ne vieillit mieux que les immuables noirceurs testamentaires. L’occasion pour le compositeur de concocter une sorte d’opéra bouffe aux personnages complètement grotesques. Les 27 musiciens des Frivolités le livrent aujourd’hui aux turpitudes particulières du XXIe siècle.

Générique

Frivolités parisiennes d' albert roussel direction musicale dylan corley mise en scène pascal neyron chef de chant benjamin laurent scénographie caroline ginet avec romain dayez olivier déjean aurélien gasse marion gomar fabien hyon lucille komites marion lenormand michel mesrine marie perbost accompagnés par l'orchestre des Frivolités parisiennes

Avec le soutien d'Arcadi Île-de-France, de la Caisse des Dépôts, les 3 Scènes (Saint-Dizier, Der et Blaize) et le Théâtre Impérial de Compiègne.

La presse en parle

"L’action est située dans les années 1960, mais sans actualisation déplacée, sans réécriture abusive des dialogues parlés comme c’est trop souvent le cas de nos jours. Les personnages sont juste assez caricaturaux pour aller au-delà de la simple convention, et les applaudissements éclatent avec un enthousiasme incompressible quand tombe le rideau final. Quant aux voix, Les Frivolités Parisiennes ont su également faire les bons choix, avec une équipe de chanteurs-acteurs qui se donnent sans compter." - Forum Opéra

Enseignants

CLASSE(S) CONCERNÉE(S)
CE2 , CM1 , CM2 , 6e , 5e , 4e , 3e , lycée

accédez à la version standard du site