Misericordia

Théâtre

Eclats de voix, éclats de rires, tendresse et rage se succèdent dans une inconstante harmonie.

Présentation

Anna, Nuzza et Bettina vivent dans une caravane délabrée. Le jour, les trois femmes tricotent et, lorsque le soleil se couche, elles quittent leurs aiguilles pour offrir leurs corps endoloris aux passants en échange de quelques billets. Elles partagent leur existence avec Arturo, jeune garçon orphelin, mutique et hyperactif qu’elles élèvent et aiment comme leurs fils. Ce quatuor singulier, marqué par les blessures de l'existence, forme une famille recomposée et attachante qui évolue au gré d’un quotidien où chaque geste relève du combat. Mais le temps passe, Arturo grandit et une décision douloureuse vient bouleverser la vie de cette bande infortunée et joyeuse… Mêlant douceur, brutalité, humour et gravité, Emma Dante offre une pièce d’une intensité rare, sublimée sur scène par le jeu des quatre interprètes : éclats de voix, éclats de rires, tendresse et rage se succèdent dans une inconstante harmonie. Poignant.

Générique

Texte, mise en scène Emma Dante Avec Italia Carrocio Manuela Lo Sicco Leonarda Saffi Simone Zambelli Lumières Cristian Zucaro Surtitres Franco Vena Traduction du texte en français Juliane Regler

Production Piccolo Teatro di Milano – Teatro d’Europa, Teatro Biondo di Palermo, Atto Unico / Compagnia Sud Costa Occidentale, Carnezzeria

La presse en parle

"Nul besoin de scénographie sophistiquée, le plateau nu devient la scène d’un monde habité, touchant, rendu vivant par le travail extraordinaire de la troupe."

La Terrasse - 27/10/21


"Il y a là, alignées sur leur chaise faisant face au public, trois femmes sans âge mais pas sans caractère. On les dirait sorties d'un tableau de Brueghel l'Ancien. Elles tricotent, les femmes, de longues écharpes de couleurs vives, peut-être destinées à ce grand enfant "pas comme les autres" se balançant avec la régularité d'un métronome, d'avant en arrière, inlassablement, sur sa chaise placée entre elles. Le cliquetis des aiguilles à tricoter enfle pour devenir assourdissant, accélérant le rythme des balancements et suscitant les apartés chuchotés des femmes qui, pour se voir, doivent désormais composer avec les mouvements pendulaires de l'enfant autiste."

larevueduspectacle.fr - juillet 2021

accédez à la version standard du site