L'École des maris

Théâtre

Farce jubilatoire d’une grande modernité, Alain Batis met en scène cette pièce de Molière qui aborde la question de la complexité des rapports amoureux et de la domination masculine.

Présentation

L'École des maris étrille la prétention des hommes à régenter la vie des femmes. Deux frères se voient confier la tutelle de deux orphelines. Il leur revient de les élever et de « les épouser ou d'en disposer ». À Sganarelle, qui entend mettre le coeur d'Isabelle sous cloche, Molière réserve quelques tours à sa façon : jalousie, désir de possession, aveuglement sur soi et les autres. La mise en scène joue de tous les contrastes : dépouillement et extravagance du jeu, sapes modernes et perruques poudrées, musique électrique ou timbres acoustiques, alexandrins qui se mettent à chanter. Elle lorgne aussi vers un art oublié du théâtre japonais, le kamishibaï, où les décors glissent comme de grandes diapositives. Ce dispositif fournit la trame changeante d'une pièce où la vérité des uns n'est pas celle des autres. Une farce jubilatoire aux résonances contemporaines portée par l'énergie des sept interprètes.

Générique

La mandarine Blanche Texte Molière Mise en scène Alain Batis Dramaturgie Jean-Louis Besson collaboration artistique Sylvia Amato Avec Emma Barcaroli Anthony davy Avec Théo Kerfridin Avec Julie Piednoir Marc Ségala Boris Sirdey Avec Blanche Sottou Scénographie Sandrine Lamblin Musique Joris Barcaroli lumière Nicolas Gros costumes Jean-Bernard Scotto perruques et maquillages Judith Scotto Regard chorégraphique Amélie Pattard Construction décor Sandrine Lamblin et Cécilia delestre assistante costume Cécilia delestre Stagiaire costumes Sophie Benoît Régie générale Nicolas Gros Régie Lumière Nicolas Gros et Emilie Cerniaut Régie Son Gaultier Patrice Une production de la compagnie La Mandarine Blanche. Coproductions Le grand R – Scène nationale de La Roche-sur-Yon, Théâtre Jacques Prévert d’Aulnay-sous-Bois, Théâtre de Saint-Maur, La Ferme de Bel Ebat – Théâtre de Guyancourt, Théâtre Madeleine Renaud de Taverny, Sud Est – Théâtre de Villeneuve-Saint-Georges. Partenaires Maison des Arts du Léman de Thonon-Les-Bains, L’Espace Molière de Talange, La Madeleine – Scène conventionnée de Troyes, La Scène de Châtenois/Le Trait d’Union de Neufchâteau, Théâtre de Saumur, Théâtre des 2 Rives de Charenton, Théâtre du Vésinet– Alain Jonemann, Le TAPS- Théâtre actuel et public de Strasbourg, Théâtre Louis Jouvet de Rethel-Ardennes – Scène conventionnée d’Intérêt National Art et création, l’Athénée – Le Petit Théâtre de Rueil, Les 3 Pierrots de Saint-Cloud, Carré Bellefeuille de Boulogne-Billancourt. En coréalisation avec le Théâtre de l’Epée de Bois - Cartoucherie Paris. Avec le soutien de l’Athénée – Le Petit Théâtre de Rueil, des Tréteaux de France – Centre Dramatique National, de la Région Grand Est, de l’ADAMI et de la SPEDIDAM. Avec la participation artistique du Studio d’Asnières – ESCA. Avec le soutien du Fonds d’Insertion pour Jeunes Comédiens de l’ESAD – PSPBB. Spectacle ayant bénéficié de l’aide de l’Agence culturelle Grand Est au titre du dispositif «Tournée de coopération».

La presse en parle

"Le metteur en scène fait venir Molière en toute finesse jusqu’à nous. (…) Alain Batis, qui veut « mettre en résonnance cette pièce avec aujourd’hui, témoignant du chemin qu’il nous reste à accomplir quant à la question d’équité, de parité, de la domination masculine jusqu’aux plis du langage. » (…) Batis inscrit cette comédie – coup de gueule contre le patriarcat d’alors – au cœur des enjeux actuels."
L’Humanité, janvier 2022


"Alain Batis propose une mise en scène pleine de fantaisie et de vivacité de cette pièce de Molière injustement méconnue. Une partition qui résonne joliment, ici et maintenant."
La Terrasse, Agnès Santi, le 3 décembre 2021

Autour du spectacle

Enseignants

CLASSE(S) CONCERNÉE(S)
5e , 4e , 3e , lycée Dossier Pédagogique

accédez à la version standard du site