Haroun

humour

Haroun détonne. Son humour noir et pince-sans-rire sonne comme une claque à l'actualité dans ce qu'elle a de plus absurde. Haroun a décidé de la laisser s'exprimer : c’est drôle et piquant.

Présentation

Aucun doute, Haroun détonne. Son humour noir et pince-sans-rire sonne comme une claque à l'actualité dans ce qu'elle a de plus absurde. Loin des codes du genre, il ose tout, parle racisme, politique, religion, écologie, simplement, sans méchanceté ni vulgarité. L’humoriste est aussi à l'aise au Jamel Comedy Club qu'en citant Céline ou Flaubert. Haroun parle de l'humour comme d'une « arme de réflexion massive », en privilégiant le message plutôt que de faire « rire avec des choses creuses ». Auteur de tous ses textes, il aime surprendre son public. Ses vidéos iconiques font des millions de vues et rassemblent un public de tous les âges. Après avoir joué 4 spectacles à guichet fermé, il est de retour sur scène avec Seuls. Il y aborde la part d'ombre que l’on possède tous et à qui l’on aimerait parfois laisser prendre le dessus. Cette fois, Haroun a décidé de la laisser s'exprimer : c’est drôle et piquant.

Générique

ÉCRITURE ET INTERPRÉTATION Haroun MISE EN SCÈNE THIERNO THIOUNE

La presse en parle

"Alternant pensées habiles et blagues cruelles, maniant le sarcasme sans tomber dans la méchanceté, Haroun confirme, avec cette nouvelle pasquinade, à quel point le rire peut être salutaire face à une actualité hystérisée."
Le monde
 
"Pas de « moi, je » avec lui. Haroun fait du pur stand-up politique. De la «pasquinade », explique-t-il. C’est-à-dire de la satire qui sort les crocs, sans la muselière de l’autocensure. Uniforme sobre – veste, lunettes –, droit devant le micro, l’humoriste castagne sur un ton nonchalant et sarcastique l’hypocrisie ambiante, le racisme, la xénophobie."
Paris Match
 
"La façon dont il aborde ces sujets fait mouche, au-delà de la simple vanne, un cran plus loin dans la réflexion."
Le Parisien
 
"Cet humoriste secret tente de saisir le réel dans ses contradictions et oppose son rationalisme moqueur aux passions barrées de l’époque. Il préfère décrypter l’actualité, se moquer de Kim Kardashian, de Daech, des politiques, de nos petites hypocrisies, de l’écologie, de Google ou de Facebook. Immobile sur scène, avec toujours l’air de ne pas y toucher. Parfois grinçant, tournant la touillette de son Perrier dès qu’il y a un moment de gêne comme on danserait la javanaise avec le premier degré. Un humour sociétal, drôle et piquant."
Libération

accédez à la version standard du site